Les rameurs Nantais à Rio

Article publié le , par Le vestiaire nantais

Ils sont deux rameurs nantais, Guillaume Rainneau et Marie Le Nepvou à avoir leur billet pour Rio. Mickael Marteau pourrait être l'invité de dernière minute. Nous avons rencontré ceux qui vous feront vous lever de votre canapé cet été. Entre le pont de la Tortière et Nord sur Erdre, inlassablement, les rameurs nantais soignent chaque détail pour la course d'un jour, la compétition d'une vie.


Les rameurs Nantais à Rio

Marie Le Nepvou où en es tu de ta préparation? 
On a fini la grosse préparation hivernale où on a fait des gros stages avec de gros volumes d'entrainement. On a passé les championnats de France il y a un mois à peu près ce qui a validé officiellement notre sélection dans nos embarcations. Là on revient des championnats d'Europe et on va pouvoir entamer les championnats du Monde.

"On s'attend à des conditions musclées"

Tu t'attends à des conditions particulières à Rio? 
Les championnats du monde Junior se sont déroulés à Rio l'an passé du coup on a pu en discuter avec eux. À priori on est sur du vent latéral un peu comme ce qu'on a eu pendant les championnats d'Europe. On s'attend quand même à des conditions un peu musclés. J'ai été voir la configuration du bassin sur internet mais à part le retour des Juniors on a pas beaucoup d'infos pour le moment. 

Comment vis tu cette aventure Olympique? 
L'aventure des Jeux ça fait un moment que je cours après puisque j'ai loupé deux étapes de qualification en 2008 et en 2012 donc là je me qualifie enfin. C'est un rêve que j'ai depuis toujours et puis quand j'entends Guillaume (Rainneau) en parler ça fait rêver. Le fait aussi d'appartenir à une seule et même équipe de France ça fait vraiment rêver.

Sportivement qu'elle est l'objectif?
Nous l'an passé on fait 10ème aux mondiaux. On était une paire très jeune on avait moins d'un an ensemble. Cet hiver on a fait vraiment un bon travail on a bien progressé. On n'a pas pu l'exploiter réellement sur les championnats d'Europe mais on a pour ambition de rentrer en finale sur les jeux et de terminer dans les 6 premières places.

Un petit mot sur ta vie actuellement, l'harmonie entre préparation olympique et vie professionnelle? 
Je travaille à la Police et c'est génial. Ils m'ont permis d'avoir un détachement complet jusqu'aux Jeux pour m'entrainer. Je rattraperai le temps que j'ai pris en disposition entre septembre et décembre vu que j'ai un contrat à 80%.

Hebergeur d'image
L'échéance de toute une brillante carrière pour Marie Le Nepvou - Photo ARNAUD MASSON

Guilleaume Rainneau, l'expérimenté rameur Olympique, ne compte rien regretter également lors de ces jeux.
Guillaume où en es tu également dans ta préparation? 
La préparation là ça va aller très vite. On est à moins de 100 jours des Jeux. C'est quelque chose à laquelle on pense tout le temps, tous les jours, du matin au soir. Je pense à Rio mais j'ai surtout le titre dans la tête. C'est vraiment l'Or que je veux aller chercher. Du coup à chaque entrainement, je me demande ce que je peux faire moi pour être à 100%. C'est un travail sur la récupération, sur les points techniques avec le coach. On essaye toujours de s'améliorer à chaque entrainement. On a toujours une marge de progression. Là on part en stage dans une semaine pour la deuxième étape de Coupe du Monde. Première sortie internationale pour se confronter avec les autres nations. On va pouvoir voir si on a réellement progressé et comment on se situe.

"Je ne crains rien, je ne crains personne"

Hebergeur d'image
Guillaume Rainneau visera l'Or Olympique - Photo Arnaud MASSON -


A titre personnel comment te sens tu? 
Je suis resté chef de nage. La composition de notre bateau n'a pas changé chacun reste à son poste. Chacun est dans les meilleurs dispositions. C'est la même machine qui tourne depuis l'an passé et notre médaille de bronze aux Championnats du Monde. On part en sachant qu'il y a du chemin pour gagner les jeux et ça passe par les étapes qui nous attendent en Coupe du Monde notamment à Lucerne. 

Le bassin de Rio tu le connais, tu l'a repéré? 
Pas vraiment je me dis que ça restera une course d'Aviron. Faudra toujours faire 2000 mètres le plus vite possible. Il y aura surement du vent certes mais on a déjà connu ce type de conditions en compétition. Faudra s'adapter mais la base reste la même.

Il y a des équipages que tu crains? 
Je ne crains rien, je ne crains personne. L'équipe que je crains le plus c'est nous même. ça sera surement mes derniers jeux Olympiques je le cache pas après il sera temps de passer la main. Finir sur des gros Jeux et une très grosse finale ça serait génial. Il faut gérer la pression. Il ne faut pas que ça nous attaque et que ça nous pénalise. C'est les Jeux oui mais il ne faut pas s'éparpiller.

Sur le plan professionel tu arrives à trouver l'équilibre? 
Je suis en contrat avec la ville de Nantes depuis 2009. Je n'ai pas souhaité être libéré à 100%. Je fais mes 20 kilomètres le matin et je vais travailler l'après midi. Je retourne m'entrainer le soir. Je pars du principe que c'est bien de continuer à travailler de voir les collègues et de partager cette aventure olympique avec eux aussi. Tout le personnel avec qui je suis ça se passe vraiment très bien. 

Mickael Marteau, l'espoir qui pourrait bien créer la surprise. Récent troisième sur les championnats du monde , la forme du jeune nantais pourrait le conduire au fameux Graal Olympique en cas de bons résultats à Lucerne en Coupe du Monde. 

"Je ne veux pas y aller comme spectateur"

Hebergeur d'image
Mickael Marteau ne veut pas se satisfaire d'un podium européen - Arnaud MASSON -
Mickael, cette médaille aux Championnats d'Europe c'était quelque chose d'attendue?
La médaille c'était pas forcément attendu on avait pour objectif de faire une performance. La composition de mon bateau n'était pas figée par rapport aux équipages. La fédération a décidé de mettre deux et trois des championnats de France pour constituer un 4 sans barreur... On a eu seulement deux stages de préparation pour arriver sur ce Championnat d'Europe. l'idée c'était de prendre des repères et on s'est bien trouvés avec une belle performance à la clef.

Une grande satisfaction on l'imagine? 
Bizarrement pas vraiment plus que ça même si être médaillé aux europes ça n'arrive pas tous les jours. Il y a aussi le fait qu'il y a la régate de qualification et si on est pas qualifiés aux Jeux finalement ça sert à rien de faire troisième aux Europes. Donc maintenant l'objectif numéro 1 c'est d'aller aux Jeux et de faire une finale car je sais qu'après tout sera possible. L'objectif numéro 1 c'est donc Lucerne et de prendre un des deux tickets pour Rio. 

Ton programme en ce moment ressemble à quoi du coup? 
Je suis plus sur de l'entretient parce qu'on a bien tapé dedans quand même. La il faut arriver en forme dans 15 jours on va pas chercher à faire du foncier. On cherche à maintenir un état d'équilibre. Je me suis vraiment senti en forme malgré la grosse préparation pour les Europes. Tous les signaux sont au vert. 

Tu peux nous dire un mot sur Rio? 
Oui pour moi ça fait plus de 4 ans que j'y pense. J'étais remplaçant aux Jeux de Londres avec Guillaume. J'ai vu ce que c'était d'être remplaçant et du coup là je veux ramer. Je ne veux pas y aller en tant que spectateur où devant ma télé. J'ai fait beaucoup de sacrifices pour arriver là. Toutes mes journées sont rythmées par l'aviron même si je prépare le concours de professorat au CREPS en parallèle. 


On souhaite le meilleur à nos rameurs nantais tous issues du mythique Cercle de l'Aviron de Nantes. Rendez-vous est pris en Juin pour prendre une dernière fois la température avant le grand départ.

Damien Baumard
Photos: Arnaud MASSON


Evènements Site internet

Evènements Le Vestiaire Nantais

Le Vestiaire Nantais

RDV Associatif

Rencontres

Sport

Sport alternatif

Sport Aventure

Sport collectif

Sport individuel

Sport mécanique

Sport nautique

Sport Santé

Goodies LVN

Bientôt disponible !

Bubble bump

Une activité fun et divertissante

Partagez

Soutenez-nous !