Billet d'humeur : La transition nantaise

Article publié le , par Le vestiaire nantais

Malgré 4 points flatteurs, le FC Nantes peine à convaincre les observateurs après deux matchs très décevants. A quelques jours de la fin du recrutement et alors que la saison est belle est bien lancée, la transition nantaise peut inquièter au lendemain du départ d'Olivier Veigneau, énième joueur emblématique à faire ses valises.


Billet d'humeur : La transition nantaise

2013… Chabadada
Voilà 3 ans que l’histoire du FC Nantes s’écrivait avec un grand "ouf" de soulagement. Michel der Zakarian ramenait la bonne formule à la maison après s’être vu expatrié, et faisait la paix avec le chef du village (Suisse), celui-ci ayant visiblement mis de l’eau dans sa barrique. Le club trouvait enfin la bonne carburation dans un championnat traquenard où rien n’est facile. Même Filip Djordjevic se décidait à faire taire ses détracteurs. Le début d’une belle histoire qui commence au camping des flots bleus un soir de karaoké mojito à volonté avec la voisine immatriculée elle aussi dans le 44… bref, que du bonheur. Le stade se remplissait, tout les signaux étaient au vert quand la FIFA décidait de compliquer la tâche aux canaris en fermant la cage aux oiseaux… « Ce qui ne tue pas nous rend plus forts », ne dit-on pas? S’en suit une magnifique fête de fin de vacances animations open gazon contre les Sangliers. Le coeur de toute une ville pouvait véritablement chavirer. Fort d’un groupe soudé dans le bourbier des institutions internationales, c’est un groupe ligue 2 qui devra faire face à la ligue 1. Seul Kian Hansen fait figure d’exception, le club ayant eu l’intelligence de boucler le transfert avec prêt immédiat pour s’assurer du sang neuf au cours d'une trêve juridique. 

Nantes - Bastia, le retour du Jedï
C’est une Beaujoire transformée qui accueille ses joueurs en 2013 face à Bastia. Après des années de saucisse lentille type marque Auchan format familial, c’est un public mort de faim qui attaque la saison, déterminé à ne plus bouder son plaisir, à ne plus jamais revivre l’enfer de la cantine et des tickets restos à 5 euros. Les supporters nantais ont réservé leur place et comptent bien se mettre à table: la disette, ça ouvre l’appétit des plus difficiles. L’équipe n’a pas changé, pratique pour les groupes de supporters qui n’auront pas besoin de changer leur cahier de chant pour cette rentrée, pratique pour les places de parking à la Jonelière, pratique pour gagner du temps lors de la remise des équipements, pratique encore pour mémoriser les prénoms (jamais facile la mémoire dans le milieu du foot). Enfin bref, cette interdiction de recrutement s’avère finalement bénéfique pour tout le monde et nous fait gagner un temps fou. On peut aussi noter l’économie de papier pour la presse à raconter n’importe quoi comme « Nantes sur un espoir Vietnamien premier joueur amputé à jouer avec une prothèse ».

le low cost qui rapporte
Avec tout ça et des situations contractuelles menées en ligue 2, le FC Nantes prouve que finalement le niveau de la ligue 1 est véritablement celui que l’on imagine, à savoir, faible. Oui, le « miracle » a lieu, Nantes est bon et même surprenant, gravitant même dans les hautes sphères du championnat la grâce en revenant à un « bloc solide » et des attaquants « très réalistes ». Mr Kita en arrive à faire pâlir les créateurs de LIDL avec une machine financière très rentable (l’attente aux caisses de la Beaujoire, ça c’est un concept emprunté à LIDL par contre). Le club vit donc sa purge en père peinard et le tout à bas coût. Les fins de saison ressemblent à des séances d’écopage intensives mais finalement le navire arrive toujours à bon port. Il n’en fallait pas plus pour satisfaire le peuple jaune et vert. (Mc Do, ça reste mieux que la cantine). 

l'amour dure 3 ans.
Ayant réussi l’impossible, le modèle économique d’une ligue 2 qui réussit en ligue 1 séduit visiblement la direction d’un club qui, par dessus tout, veut pérenniser une économie fleurissante. Vient l’heure du désamour. Finies les vacances au camping, la belle veut voyager en première classe et les sièges du jet sont visiblement très confortables. La sirène des reconductions de contrat retentit en même temps que la fuite des crampons. Plus tôt, Filip avait montré la voie, ou plutôt l’autoroute A5 en direction d’autres horizons. Malgré quelques infidélités de vacances, le club réalise un excédent commercial sans précédent. Le marché des transferts enfin retrouvé, le FC Nantes ne va pas se priver. En tête, l’enfant du pays Jordan Veretout remplit les caisses. Papy Djilobodji devrait lui aussi s’assurer d’un départ au champagne, de quoi consoler les coeurs les plus meurtris (par ses relances?), Vincent Bessat ira chercher, lui, le soleil en Normandie, Kian Hansen en avait marre de manger  IKEA, Issa Cissokho voulait vivre « un autre rêve », George Kevin N’Koudou jouait visiblement avec Marseille sur FIFA 15, Olivier Veigneau était victime d’un beau contrat, Chaker Alladhur était échangé contre un Kangoo essence neuf pratique pour le jardinier, Serge Gakpe rêvait lui aussi d’une Italienne… bref la roue de la fortune, en vachement mieux! 

Sorbon, meilleur nantais du début de championnat.
« Avec tout ça? » me direz vous. Et bien après avoir emprunté la figurine de Zico (il parait qu'ils se ressemblent), un argentin qui vit en France (douteux non?), acheté un pêcheur Islandais dur au mal (source infirmières CHU), affaibli notre CFA avec la montée de Léo Dubois, fait revenir de Brest Birama Touré (oui, la punition avait assez duré), sauvé de la galère le jeune AdrienThomasson… et bien, ce subtile mélange de saveurs sud exotiques et locales mode sucré salé nous donne Jérémy Sorbon meilleur buteur du FC Nantes avec un sens du but qui nous ravit. Un recrutement sans garantie, sans expérience ligue et visiblement… low cost. Les départs des pièces maîtresses Hansen - Veretout n’ont pas été compensés pendant que le championnat, lui, a bel et bien commencé. en résulte une équipe qui peine dans le jeu et on a beau chercher, pour le moment, on ne voit pas vraiment comment les choses pourraient s’arranger. On peut se féliciter de voir venir le seul lofteur réfugié diplomatique Rennais Emir Lenjani dans la maison jaune. Oui nous le pouvons. Nous pouvons aussi nous féliciter du bon niveau de Koffi Djidji (mais ça nous le savions). 5 millions pour recomposer un effectif pour le moins « remanié ", on peut à raison s'interroger. Le club est il capable de travailler dans la continuité avec un effectif à ce point remanié?  Saison galère ou nouveau jackpot nantais? 


Comme ce billet d'humeur, êtes vous pessimiste quand au nouveau visage nantais version 2015-2016? Quels sont vos motifs de satisfaction? Dites nous tout sinon on en discute à la buvette au prochain match!

Rédaction: Damien Baumard (@Bau_Dam)
Photo: @FC Nantes


Evènements Football

Evènements Sport collectif

Le Vestiaire Nantais

RDV Associatif

Rencontres

Sport

Sport alternatif

Sport Aventure

Sport collectif

Sport individuel

Sport mécanique

Sport nautique

Sport Santé

Bubble bump

Une activité fun et divertissante

Goodies LVN

Bientôt disponible !

Partagez

Soutenez-nous !